Le paralpinisme

Le paralpinisme ou vol montagne est la combinaison d’une ascension en haute montagne et d’une descente en parapente. Cette discipline nécessite de bonnes compétences à la fois des techniques d’alpinisme et de pilotage de parapente, mais aussi une connaissance pointue de la montagne et de son aérologie.

Juliette nous raconte sa dernière aventure avec Maxime Fiorani à la Meije, reine des Ecrins.

Depuis combien de temps pratique tu cette discipline ? Quelles sont les autres montagnes que tu as gravies et redescendues en parapente ?

Je pratique l'escalade combinée au parapente depuis presque 2 ans et le vol montagne un peu plus récemment. J'ai commencé par des grandes voies autour d'Annecy comme le Parmelan ou la Tournette qui comportent des itinéraires vraiment jolis en escalade et tranquilles pour débuter. Je n'avais d'ailleurs pas d'autre matériel que mon sac de cross... un peu lourd malgré ma sellette light.

J'ai découvert l'alpinisme depuis peu et eu la chance de gravir le Mont Blanc et d'en décoller en biplace. J'ai eu l'occasion de voler dans le massif du Mont-Blanc notamment en posant au refuge de Leschaux par exemple chez Chloé, la gardienne, ou me poser sur le glacier du Tour, ainsi que de réaliser le tour du Mont Blanc en cross. Je n'ai que peu d'expérience en montagne mais je me lance et ça me plait.

La Meije, incontournable montagne de l’Oisans, comment c’était cette traversée avec le parapente dans le sac à dos ?

Avec Maxime nous avions des sacs très petits et compacts. La voile était dans un sac étanche, compressée elle ne prenait que peu d'espace. J'avais un sac de 24 litres en tout. L'escalade y est assez facile quand on a l'habitude de grimper en grande voie. Ce qui est difficile c'est que la course est relativement longue. Il faut avoir de l'endurance. Ça à plutôt bien déroulé avec Max. Nous sommes partis vers 2h du matin à la frontale et, durant la course nous avons assisté au lever du jour. C'était magnifique, les couleurs offraient un paysage sublime.

Quels sont les points forts des protections RACER ?

Les protections RACER s’adressent à toutes les pratiques, tous les âges et possèdent un très bon rapport prix/technologie. Aussi ce sont des protections qui se veulent souples, confortables et offrent un très bon niveau de protection. Enfin elles utilisent les toutes dernières innovations et matériaux disponibles sur le marché.

Comment étaient les conditions aérologiques ?

Les conditions nécessitaient un peu d'analyse avant de se lancer. Nous avons pris avec Maxime les données de toutes les balises aux environs qui annonçaient du Nord Ouest léger donc pas d'inquiétude à se faire sur le vent météo. Au décollage, à la tête des Corridors, nous avions un vent léger travers et parfois bien travers venant étrangement de la paroi. Nous avons donc attendu un bon créneau pour décoller simultanément afin de nous retrouver en l'air en même temps, et ne pas laisser un de nous seul sur le glacier. En sortant du décollage on prend quelques turbulences mais rien de méchant, c'est plutôt doux en l'air. Nous décidons alors de survoler de près avec nos petites voiles le glacier de la Meije afin de profiter de cette vue exceptionnelle. Autrement qu'en parapente, on ne peut accéder facilement à ces lieux chaotiques que sont les crevasses et séracs. Il était 14h quand nous avons décollé et en arrivant en bas des 2000 mètres de dénivelé de vol, la brise est très installée et nous n'avançons plus beaucoup. Nous décidons alors, sans pouvoir se parler, de poser dans un grand champ au-dessus du fond de vallée. On est plutôt à l'arrêt face au vent mais la descente se passe bien et nous nous posons tous les deux au milieu du champ. Les voiles en bouchon, on descend à la voiture, le hold-up était gagné !!

C'est incroyablement excitant de descendre de la montagne en volant. On reçoit une dose d'euphorie pour les 3 prochains jours !!!

Est ce que tu pilotes différemment qu’avec du matériel classique, sellette surtout ?

Depuis quelques mois j'ai investi dans une voile légère. Une Everest Plus de chez U-Turn qui est une voile très légère, moins de 2 kg en 16m2 mais qui, pour sa taille, plane vraiment bien ! Un régal. J'essaye d'être rigoureuse sur les conditions au décollage et l'analyse des conditions car j'ai déjà vécu quelques aventures rocambolesques... En volant sous le vent de 30 km/h de vent notamment. Je ne prends pas de parachute de secours donc je garde de bonnes marges et je m'assure que les conditions sont optimales, il faut repérer un créneau et surveiller la météo quelques jours avant la course.

Tes futures projets en paralpinisme ?

Pour l'instant je me concentre sur ma saison en parapente car je suis élève monitrice cet été. Cet automne j'aurais un peu plus de temps. Je pense retourner dans les Écrins, j'aime ces sommets où l'on se sent isolé du monde.

Évidemment décoller du Pelvoux et aller voir la barre des Écrins me plairait beaucoup. De l'Aiguille Verte et d'autres sommets dans le massif du Mont Blanc.

J'aime beaucoup combiner l'escalade avec le parapente et pour une prochaine sortie, j'aimerais un peu plus de difficulté dans les cotations d'escalade ! De quoi se mettre des bons combats en altitude !

Des conseils pour celles et ceux qui voudraient débuter le paralpinime ?

Inspiré de Michel Rudolf, mon tuteur de stage cet été et un montagnard volant expérimenté : 

Commencez par des marches et vols avec des décollages faciles. Rapprochez-vous des habitués qui pratiquent le vol montagne et au début allez avec eux. Volez à des heures où les conditions sont faciles.

Vérifiez bien la météo et cela jusqu'au dernier moment ! Préparez-vous mentalement à redescendre à pied si les conditions ne sont pas inspirantes. Mieux vaut descendre à pied que regretter d'être en l’air…

Crédits photos : Maxime Fiorani